[marche-col] Rencontre internationale de la MMF - 1er jour

mardi 2 novembre 2021

1er jour de la Rencontre internationale de la Marche Mondiale des femmes

A quoi a ressemblé la session d’ hier de la 12e Rencontre Internationale de la Marche Mondiale des Femmes

Hier, les activités internes de la 12e Rencontre Internationale de la Marche Mondiale des Femmes ont débuté avec la présence de plus de 120 femmes issues de 50 coordinations nationales. La journée a commencé par une mystique des femmes d’Afrique. Des femmes originaires d’Ouganda, de Zambie, du Sahara occidental, du Mozambique, de Tanzanie et du Kenya ont lu le poème "This Land Africa" et ont chanté des chansons édifiantes. La semaine précédente, la Rencontre a fait son ouverture publique, avec la participation de femmes de la MMF et de mouvements alliés.

Graça Samo, coordinatrice du Secrétariat international, a commencé par parler du processus de planification de la Rencontre Internationale et des défis de la réorganisation en raison de la pandémie, en la rendant virtuelle. Elle a également souligné l’importance des rencontres régionales précédentes et de leurs résultats et contributions aux discussions de la Rencontre Internationale.

Le débat politique de la rencontre, facilité par Ruba Odeh (Palestine) et Bushra Khaliq (Pakistan), a débuté par des discussions de contexte régional. Mafalda Galdames du Chili a partagé sur le processus régional dans les Amériques, notamment sur les mobilisations contre le néolibéralisme et pour la démocratie et sur les processus d’organisation continentale. Jean Enriquez des Philippines a présenté la rencontre de Asie et Océanie. Comme défis, les camarades ont souligné la situation des femmes et des personnes en Afghanistan qui souffrent de la prise de pouvoir par les Talibans, une situation qui affecte toute la région. Aux Philippines, l’autoritarisme attaque la vie avec le militarisme et l’alliance avec les grandes entreprises. Vera Silva, du Portugal, a présenté l’agenda des luttes des femmes européennes, notamment contre les frontières et les accords de libre-échange, reconnaissant le rôle impérialiste des États européens, qui entretiennent la pauvreté et le changement climatique dans le monde. Naama Nsirie, de Tunisie, a présenté la discussion de la rencontre de la région MENA ( Moyen-Orient et Afrique du Nord), qui est affectée par la militarisation et les offensives du capitalisme. Contre cela, ils s’organisent plus fortement et construisent la solidarité. Sophie Ogutu, du Kenya, a parlé des défis à relever sur le continent, tels que la violence, le contrôle et le besoin d’autonomie des femmes sur leur corps et leur sexualité. Les militants ont cherché à construire des alternatives féministes, solidaires, agro-écologiques et populaires.

Lors du débat en plénière, les femmes ont souligné les actions et les articulations des jeunes femmes pour renforcer notre féminisme ; l’expérience de l’École Internationale d’Organisation Féministe et aussi l’urgence de notre solidarité envers les femmes de Palestine, du Soudan, Sahara occidental, Cuba et toutes les femmes qui souffrent de l’autoritarisme, du colonialisme et de la persécution politique. Dénoncer et combattre également les violations à l’encontre des femmes et des filles, des LGBT, des noirs, des indigènes et des migrants avec des politiques de migration et d’asile basées sur les déportations, le retour et l’externalisation des frontières. Les femmes mènent les luttes contre le pouvoir des sociétés transnationales et leurs attaques territoriales d’une part, ainsi que leurs tentatives de coopter et d’institutionnaliser les luttes dans les territoires d’autre part. Les actions organisées en unité dans les rues ont été désignées comme l’une des principales stratégies pour construire notre mouvement.

À la fin, les femmes ont évalué la journée dans un nuage de mots collectif, où elles ont pointé des mots tels que "anti-patriarcat", "solidarité", "ensemble nous sommes forts", "participation". La mystique de clôture de la journée a été la musique d’un groupe de femmes du Pays basque. Demain, la rencontre internationale se poursuit, et nous vous enverrons ici un nouveau rapport du jour.

Continuez à suivre la 12e #mmfreunioninternationale dans les pages de la MMF !

Facebook : https://www.facebook.com/worldmarchofwomen
Instagram : https://www.instagram.com/worldmarchofwomen/
Twitter : https://twitter.com/WorldMarchWomen
Web site : www.marchemondiale.org